Cinéma, Cinéma français, Sorties de la semaine

5 coups de coeur du moment.

Le mois d’octobre est particulièrement riche en sorties réussies de films au cinéma. Il est difficile d’en choisir les meilleurs. La première partie du mois nous a apporté beaucoup de titres dignes d’y jeter un coup d’oeil et ce n’est pas encore fini. Il y a vraiment peu de films qui m’ont déçus et pourtant, je ne suis pas une spectatrice facile à satisfaire. Entre Blade Runner 2049 vertigineux avec un Ryan Gosling presque émouvant, Isabelle Huppert toujours splendide dans Happy End, une cinéma bouleversante dans Detroit et un hymne féministe de Numéro Une, je me sens gâtée dans tous les sens du terme. Choisir 5 films qui m’ont marqués, de ces deux derniers semaines était une tâche rude. Mais j’ai réussi ! Voici donc mes coups de coeur du moment.

Confident royal

(sortie : le 4 octobre 2017)

J’attendais ce film depuis un certain temps pour 3 raisons : il est basé sur les faits; j’adore Judi Dench; la bande annonce était vraiment bien faite. L’image servie par Stephen Frears est beau non seulement visuellement mais aussi spirituellement. On rit et on pleure en même temps en découvrant cette amitié extraordinaire et l’humanité qui liées la Reine Victoria et Abdul Karim. Bien sûr, certains comportement du Confident ne sont peut-être pas crédibles et on sent une certaine ruse dans ce personnage, mais la curiosité que cette ruse réveille chez la Reine et ses conséquences font de ce film une histoire magnifique dont on peut tirer bien des leçons.

Le sens de la fête

(sortie : le 4 octobre 2017)

Comme je l’ai écrit il y a quelques jours dans mon dernier article, il y a des comédies françaises qui valent le coup d’être vues. Et c’est le cas du film de Eric Toledano et Olivier Nakache. Les deux réalisateurs nous emmènent suivre pendant 24 heures l’équipe de Max, traiteur depuis 30 ans. Si les préparations pour le mariage semblent être bien coordonnées et bouclées, la loi de Murphy risque de changer cette fête en désastre. Et tout cela avec un humour subtil et équilibré. Bref… Une comédie qui pourrait arriver à tous.

L’école buissonnière

(sortie : le 11 octobre 2017)

Paul, orphelin parisien, arrive dans un vaste domaine en Sologne où il découvre les merveilles de la nature sauvage et féérique au côté d’un braconnier, Totoche. Vivant près du manoir aussi mystérieux que les fôrets l’entourant, il apprend qu’il n’a pas été envoyé ici par hasard. Seulement 4 mots suffisent pour décrire le film de Nicolas Vanier : féérique, sauvage, mystérieux, merveilleux. Il réunit tout ce dont on a besoin pour l’aimer : l’histoire émouvante, une très bonne distribution avec, notamment, François Cluzet et Eric Elmosnino et des images fabuleuses. Un vrai régal pour les yeux.

Coexister

(sortie : le 11 octobre 2017)

La comédie la plus insolite de l’année ? Peut-être. Car comment décrire autrement le projet d’un groupe qui réunit un rabbin, un curé et un imam pour chanter ensemble ? Bien sûr, tous les stéréotypes et l’humour un peu noir sont au rendez-vous, mais Fabrice Eboué a réussi à trouver un juste milieu pour que le film ne devienne pas lourd à cause des blagues et qu’il transmette un beau message pour ce monde qui devient de plus en plus fou : peu importe en qui on croit, nous sommes tous humains et nous pouvons coexister.

Kingsman : Le cercle d’or

(sortie : le 11 octobre 2017)

Je vais finir cet article par un film dont je n’ai pas vu la première partie, mais cela ne m’a pas empêché de l’aimer. L’intrigue n’est pas très compliqué – soyons francs, c’est un film d’action typiquement américain : les bons contre les mauvais, de l’action, de l’humour, des scènes de combat et des effets spéciaux. Alors pourquoi il m’a plus à part un bon divertissement qu’il m’a servi ? Premièrement, il a une bonne distribution avec Colin Firth – la classe britannique incarnée -, Pedro Pascal (oui, je suis fan de Game of Thrones) et Sir Elton John. Deuxièmement, les effets spéciaux et les scènes de combat sont vraiment bien faits. D’habitude, je suis assez réticente en ce qui concerne les effets spéciaux, mais là aussi, le réalisateur, Matthew Vaughn, a su trouver un juste milieu. Je dirais même que ce film mérite d’être vu en 3D pour profiter pleinement du spectacle. Troisièmement, la musique. C’était un bon changement après Blade Runner 2049 dont la musique m’agaçait littéralement.


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, à aimer notre page Facebook et à s’inscrire à notre Newsletter (à droite) pour ne rater aucune nouveauté sur Cultiversum.